Cajamarca

Cajamarca : petite capitale du département de la Sierra Nord du Pérou, Cajamarca est située à 2750 m d’altitude et compte aujourd’hui près de 50 000 habitants.

Cajamarca est une ville située sur les hauts plateaux du nord du Pérou. Elle est la capitale du département du même nom. La ville de Cajamarca a une population de 153 466 habitants. (Recensement 2005)

Elle s’élève à 2700 m (8.900 pieds) au-dessus du niveau de la mer. La plus haute montagne de la ville est le Rumi Rumi (4400 m).

Cajamarca est considérée comme l’une des plus belles cités coloniales du Pérou. Elle a joué un rôle considérable dans l’histoire de ce pays.

Histoire

En 1532, Francisco Pizarro débarquait à Tumbes, au nord du pays, dans l’intention de conquérir l’empire inca dont il connaissait l’existence et la richesse. Il avait suivi la côte Pacifique quelques années auparavant, recueillant ainsi de précieux renseignements sur ce royaume puissant, s’étendant plus au sud. Il savait aussi que le grand Inca Huayna Capac (régnant entre 1493 et 1525) était mort, laissant le pays divisé entre deux de ses fils. Le premier, Huascar, I’enfant légitime conçu par son épouse et le second, Atahualpa, le fils bâtard mais préféré… La situation était peu brillante en ce vaste domaine. Après avoir vaincu son frère Huascar, le souverain légitime, à l’aide de ses partisans, Atahualpa le fit prisonnier. Il tenait donc en main les rênes de l’état.

Le pays était alors partagé en deux camps ennemis, assoiffés de haine et de vengeance. Dans ces conditions, Pizarro était conscient de l’opportunité de son arrivée. Le moment était propice pour mettre à profit la guerre civile qui opposait les militants des deux prétendants au trône. Tout cela en plein coeur du désordre général.

Entre-temps, Atahualpa, après avoir triomphé de son rival, séjournait dans la ville de Cajamarca. Là, il avait été informé que des hommes mystérieux, venant des mers, avaient pénétré sur le territoire inca. Aussi, ces curieux individus semblaient faire corps avec un animal étrange, bien plus grand que le lama, inconnu jusqu’alors. Leurs armes, leurs cuirasses et leur rapidité à se déplacer ne pouvaient qu’intriguer au plus haut point les autorités gouvernantes. Dans ces conditions ils redoutaient le pire. Pizarro semblait se diriger vers Cajamarca et Atahualpa décida de l’attendre là.

Néanmoins, sur foi des rapports reçus sur le petit nombre d’Espagnols, les craintes d’Atahualpa s’étaient ensuite peu à peu dissipées. Ainsi, I’lnca ne sembla guère effrayé à la vue de ces visages barbus, fatigués et de ces chevaux épuisés. Après un voyage harassant de deux mois, ils étaient enfin parvenus à Cajamarca. Dans la ville allait se jouer en un éclair le destin de tout un peuple.

La Fin de L’Empire

Tout se déroula très vite. D’un côté, un jeune monarque encore mal à l’aise sur son trône neuf. Il ignorait les intentions exactes de son interlocuteur et était désireux de les connaître. De l’autre, un conquérant avide d’or et de richesses, admirable de bravoure et méprisable de cupidité. C’est alors qu’un seul geste bouleversa le cours du temps et anéantit à jamais l’un des empires les plus puissants de ce monde.

L’lnca, à qui l’on avait présenté la Bible et à qui l’on demandait d’adopter la foi de Jésus et la suzeraineté de Charles Quint, repoussa orgueilleusement le livre saint et le jeta à terre. Cela fut un sacrilège pour les Espagnols et le signal de la tuerie pour les soldats embusqués. Finalement, les Espagnols massacrèrent plus de deux mille indiens sans défense sans que l’on enregistrât une seule perte de leur côté. C’est Pizarro lui-même qui captura Atahualpa, jeté à bas de sa litière. Ce terrible massacre eut ainsi lieu dans les derniers jours du mois de novembre 1532.

L’épisode du Cuarto del Rescate (Chambre du rachat)

Désormais prisonnier des Espagnols, l’Inca Atahualpa avait deviné et compris la soif de richesses des Conquistadors. Il offrit donc à Francisco Pizarro un marché en échange de sa liberté.

L’Inca dit au gouverneur qu’il savait parfaitement ce qu’il était venu chercher. Celui-ci lui répliqua que ses guerriers ne voulaient pas autre chose que de l’or pour leur empereur et pour eux-mêmes. (Francisco de Jerez : Relation véridique de la Conquête du Pérou, 1534).

Francisco Pizarro alla voir l’Inca dans la salle où il était détenu et lui demanda quelle quantité d’or et d’argent il pourrait lui fournir. Alors, orgueilleusement, Atahualpa leva le bras au-dessus de sa tête et fit comprendre aux Espagnols que cette salle serait remplie d’or. C’est le fameux épisode du Cuarto del Rescate (chambre du rachat, ou de la rançon) que l’on visite aujourd’hui encore dans la ville de Cajamarca.

Cette salle mesurerait 6,70 m par 4,20 m. On la remplirait jusqu’à une ligne blanche tracée à mi-hauteur ; soit un peu plus de 2,45 m. Jusqu’à ce niveau, ils pouvaient effectivement entasser différents objets d’or, tels que jarres, pots, tuiles et bien d’autres encore. En argent, il donnerait deux fois le volume de cette pièce remplie jusqu’au plafond. Le tout serait livré dans les deux mois suivant ce marché.

Les Espagnols restèrent stupéfaits devant une telle proposition. Cette offre dépassait leur imagination ! Lorsque l’lnca l’eut formulée, le gouverneur, avec l’approbation de ses lieutenants, fit appeler un secrétaire pour consigner cette proposition et lui conférer la valeur d’un engagement solennel. Le volume de la pièce ainsi décrite par Francisco de Jerez, le secrétaire de Pizarro, était de 88 mètres cubes.

La Vision Actuelle

Dans la ville actuelle de Cajamarca, le touriste est conduit dans une salle plus longue et plus large. Cette pièce est dotée de solides assises incas et est située dans l’une des rues étroites qui descendent en pente sur la grand-place. A vrai dire, au 17ème siècle les visiteurs découvraient déjà ce lieu de plus vastes dimensions. En 1615, le chef local indien y conduisit Antonio Vaquez de Espinosa. L’Indien lui dit que cette salle « était et resterait telle qu’elle existait du temps d’Atahualpa, en hommage à sa mémoire ». Puisqu’il s’agit d’une pièce qui faisait partie du temple du Soleil, elle peut avoir servi de prison à Atahualpa.

La Mort d’Atahualpa

La suite de l’histoire est connue : de toutes les provinces du Pérou, affluèrent des convois d’or et d’argent. Seulement, à la différence de l’Inca, les Espagnols ne tinrent pas leur parole et le firent exécuter sur la grand-place de Cajamarca le 26 Juillet 1533.

Atahualpa étant mort, Pizarro proclama Inca Tupac Huallpa, le frère de Huascar et se dirigea vers Cuzco. En cours de route, Tupac Huallpa mourut mystérieusement. Les Espagnols en rendirent responsable Chalcuchimac, l’un des principaux généraux d’Atahualpa et l’exécutèrent. Peu après, Pizarro, s’emparant des palais et des temples de Cuzco, nomma Inca l’autre fils de Huayna Capac, Manco Inca. Il prit aussi comme concubine la fille même d’Atahualpa, Dona Angelina, dernier outrage au souverain déchu…

La Fondation d’Autres Villes

Les conquérants s’empressèrent de fonder des villes (Lima, la « Ville des Rois » en 1535) et de « pacifier » le pays. Mais en 1536, Manco Inca, que Pizarro avait placé sur le trône, témoin des atrocités commises par les nouveaux seigneurs, se souleva. Il s’empara ainsi de la forteresse de Sacsayhuaman qui protégeait la ville de Cusco. Le siège dura dix mois. Une armée de deux cent mille Indiens tenait farouchement tête aux hommes de Pizarro, pour finalement devoir capituler faute de vivres.

Après ces durs combats, Manco Inca dut se résoudre à fuir. Il se réfugia dans la cordillère de Vilcahamba, au nord-ouest de Cusco. C’était le premier des Incas rebelles de Vilcabamba. En fin de compte, en 1945 un Espagnol à qui il avait donné asile l’assassinat lâchement. Trois de ses fils lui succédèrent : Sayri Tupac, Titu Cusi et Tupac Amaru. En fin de compte, avec la capture et l’exécution de ce dernier en 1572, disparut la dynastie des Incas.

Loading...