Nazca

Lignes de Nazca

L’un des grands mystères de l’humanité La petite ville de Nazca attire de nombreux visiteurs qui viennent survoler son territoire dans le but de voir les mystérieuses lignes de Nazca.

Dans la plaine désertique située entre Nazca et Palpa, apparaissent ces gigantesques lignes et figures, tracées dans la plaine désertique, sur une superficie de plus de 350 km2.

Le climat dans cette région est chaud et sec tout au long de l’année.

Pour arriver dans la petite ville, on traverse un immense plateau désertique, semblable au plateau du Tademait au Sahara. C’est dans cette pampa aride que l’on découvrit en 1939 d’étranges figures, tracées probablement entre l’an 300 et 900 de notre ère. La route panaméricaine coupe malheureusement cette zone. Ces motifs gigantesques, dessinés ou gravés à même le désert de Nazca, s’étendent sur des dizaines de kilomètres. Tout autour sont creusées dans les roches de curieuses figurines d’animaux stylisés (singe, araignée, colibri en autres). Ces figures franchissent les ravins ou escaladent les montagnes sans que leurs formes ou la rectitude de leurs lignes n’en soient affectées. Ces lignes sont semblables à de profonds sentiers qui atteignent parfois une largeur de plus de 3 m. On ne sait pas encore à aujourd’hui qui a tracé ces énormes dessins et les archéologues reconnaissent là un calendrier astronomique mais ne savent pas avec certitude pourquoi il a été dessiné dans la pampa.

Les prêtres de Nazca étaient de remarquables astronomes. On pense aujourd’hui que ces dessins sont des copies de figures formées par les étoiles. Cela permettait d’enregistrer le mouvement exact des astres.

Ces mêmes dessins apparaissaient dans le ciel à certaines époques bien précises qui correspondent à des périodes agricoles fondamentales telles que les semailles, les pluies, les récoltes. En fonction des astres, les paysans décidaient de leurs activités agricoles. Tous ces dessins ont un accès pour que l’homme puisse y pénétrer sans piétiner une ligne. L’unité de mesure est l’avant-bras humain (32,5 cm). Et 8 est pour eux le chiffre sacré (l’araignée a huit pattes, par exemple).

Mais le plus mystérieux reste ces gigantesques traces rectilignes qui se chevauchent. D’après certains ethnologues, dont Charroux que rien n’effraie, elles seraient l’œuvre d’extra-terrestres. Non, ces lignes parfaitement droites, dont certaines ont 10 km de long, ne sont pas des pistes d’atterrissage pour aéronefs… Elles permettaient de repérer les alignements du Soleil, de la Lune et de certaines étoiles pour calculer les saisons.

Il y a peu de temps, Maria Reiche (1903 Allemagne-1998 Pérou), celle que l’on appelait La Dame de Nazca, nous a quitté. Venue un peu par hasard à Nazca en 1946, elle n’en est jamais repartie. C’est à elle que l’on doit toutes les interprétations les plus sérieuses. Elle habitait toute l’année à l’hôtel de Turistas à l’entrée de la ville, tout lui étant payé par le gouvernement péruvien en hommage aux travaux de recherche qu’elle a effectués à Nazca. Anecdote intéressante: toutes les figures de Nazca ont 4 doigts… elle en avait 4 aussi.

Un conseil avant d’aller survoler les lignes: ne rien manger… vous le regretteriez !

L’avion vole à 300 m d’altitude à 220 km/h.

Chauchilla

Bien que ce soient les mystérieuses lignes de Nazca qui attirent les touristes jusqu’à cette région, elles ne constituent pas la seule attraction touristique du coin. A environ 30km au sud de Nazca, se trouve un bien étrange cimetière perdu au beau milieu du désert qui mérite le détour. ont été découverts

À l’air libre, on n’y trouve de nombreux crânes et squelettes complets blanchis par le soleil, des chevelures abondantes, des ossements, des momies et diverses poteries . C’est l’extrême sécheresse de la côte péruvienne qui a permis la conservation de ces sépultures.

Cahuachi

La culture Nazca a construit de gigantesques monuments architectoniques sur le site de Cahuachi, situé à quelques kilomètres, au sud-ouest de la ville de Nazca.

Suite aux explorations pionnières de William Duncan Strong, Cahuachi fut étudié par Giuseppe Orefici et Helaine Silverman.

Les ruines de Cahuachi sont dispersées sur une surface d’environ 25ha. D’importantes avalanches alluviales ont recouverts une partie de ces monuments. Ainsi le site de Cahuachi ne pouvait être vu qu’en le survolant.

Les constructions se trouvent sur des collines rocheuses et comprennent six ensembles architectoniques. La plus grande structure est une pyramide de 20m de haut avec une base d’une surface de 100 x 90m. Les matériaux de construction utilisés sont la pierre et surtout l’adobe (argile séchée au soleil et mélangée avec de la paille).

Cahuachi était considéré comme la capitale de la culture Nazca. En réalité ce fut un imposant centre administratif et de culte, à en juger par le type de céramique identifié dans les tombes découvertes près des ruines. Mais sa fonction et son prestige a subsisté bien après l’étape Nazca.

Des recherches effectuées par Helaine Silverman, l’ont mené à considérer que Cahuachi n’était pas un site habité de façon permanente mais était occupé par des pélerins durant de courtes périodes pour des célébrations spéciales qui avaient lieu sur place.

Loading...