Le Huayno et la Quena

Le Huayno

Il est considéré comme la danse andine par excellence. Ses origines précolombiennes ont été quelque peu modifiées par l’assimilation d’influences occidentales et il présente de ce fait de multiples variantes Régionales. La structure musicale de cette danse naît d’une base pentatonique de rythme binaire, caractéristique qui a permis à ce genre de servir de base à une série de rythmes hybrides, depuis la chicha jusqu’au rock andino. La danse s’exécute en couples, chacun effectuant des tours et des mouvements à partir de petits sauts et de frappements de pied (zapateo) pour marquer le rythme.

Les instruments qui interviennent dans l’exécution du huayno sont le charango (sorte de petite guitare), la quena, la harpe et le violon. Dans certaines variantes interviennent des groupes musicaux typiques qui ajoutent d’autres instruments : trompettes, saxophone et accordéon. Par ailleurs, et bien qu’il s’agisse de genres très différents, pour la sensibilité populaire le huayno est plus lié à la marinera qu’il n’en a l’air, comme le rappelle ce refrain de la sierra: no hay marinera sin huayno / ni huayno sin marinera / cholita pollera verde / para ti va la tercera (il n’y a pas de marinera sans huayno / ni huayno sans marinera / petite indienne à la jupe verte la troisième est pour toi).

La Quena

D’origine préhispanique, c’est l’instrument à vent le plus répandu au Pérou. Il est formé d’un tube de roseau, bois, os ou plastique et d’un segment biseauté qui constitue l’embouchure. Il est percé de 5 à 6 trous qui permettent les variations du son produit par le souffle de l’exécutant. Dans chaque région prédomine une taille différente

Loading...